•  
  •  
 

e-Race-sures

The Goose: A Journal of Arts, Environment, and Culture in Canada seeks submissions for issue 19.1, entitled “e-Race-sures,” for publication in April 2021. Guest edited by Anita Girvan and Rina Garcia Chua, this special issue of The Goose is a productive attempt at: 1) decentering Euro-American frameworks of the Environmental Humanities and creative artistic communities; and 2) providing a safe, collaborative, and sustainable space for IBPOC (Indigenous, Black, People of Colour1) scholars, writers, activists, artists, and publics. e-Race-sures emerged out of a pressing need for academic and creative communities to proactively address systemic issues of racism within and outside of our institutions. The current moment of attention to issues of race that is born on the backs of the latest casualties of spectacular violence for audiences held captive during a global pandemic seems novel to many; however, we read this moment within a long history of systemic devaluation of bodies. In this long history, the devaluation of 'human others' through racialization is contiguous with the devaluation of the bodies of 'non-human others' (in, for example, extractive colonial capitalism, and relatedly, in the production of knowledge and culture). Our own creative and scholarly communities are accountable to these histories through our community inclusions/exclusions, our citational politics and practices, and our cultural productions that (explicitly and implicitly) build upon these histories and practices.

With these histories in mind, and building upon the e-Race-sures conversation (with Andil Gosine and the two guest editors of this issue 19.1) at the “Watershed, lit., fig.,” conference, we are reflecting on the following provocation questions. These are not meant as thematic orientations, but rather as ‘meta’ questions that begin the creative-imaginary shifts that enable openings to follow:

  • Who/what are our formative texts/scholars/artists (individually and collectively)?
  • How have these shifted over time (if at all) and why?
  • What do these formative texts tell us about how we form communities (scholarly, creative, activist, etc.) and imagine futures?
  • How do we acknowledge the gaps in terms of who/what shows up in our canons, our creative imaginaries and our gathering places?
  • What can we all/each do to explicitly address these gaps at a time when the entanglement of environmental and social issues has never been clearer, the need for a change of course greater?
Critical and/or creative submissions might engage with, but are not limited to the following:
  • IBPOC perspectives on place and time that challenge coherent narratives of, for example, “The Anthropocene;” “Pandemic,” etc;
  • IBPOC creative and artistic practices in world-composing/re-composing;
  • Critiques of dominant origin stories of Environmentalism and the ‘larger-than-human’ turn;
  • Indigenous Futurisms;
  • Afrofuturisms;
  • (De)colonizing;
  • Racial capitalism;
  • Empire and Environment;
  • Indigenous Studies;
  • Black/African Ecologies;
  • Caribbean/African Francophonie;
  • Pasifika studies;
  • Latinx studies;
  • Asian studies;
  • Intersectional feminism and environment;
  • Environmental racism and/or racism;
  • Neoliberalism;
  • Pedagogy and the Racialized Classroom in EH;
  • Genetics and blood quantum of/as environmental discourses;
  • Urban planning as/and environmental racism;
  • Revisionary antiracist environmental histories;
  • Overlapping of race & species discourse;
  • Zoonotic disease and cultures of phobia;
  • The racialization of literary and aesthetic form;
  • Environmentalism, race, and erasure poetry.

This issue also seeks to extend the notion of “erasures” in our communities beyond 19.1, and will serve as a catalyst for the journal’s editorial team to open spaces for these conversations to come. This issue may become a kind of template/opening for guest editors to collaborate on future issues, for example on “dis/ability studies and the environment.”

The Goose welcomes submissions of scholarly and creative articles, fiction, poetry, creative nonfiction, photography, literary/cultural criticism, photo essays, visual and multimedia art, interviews, and book reviews. While our focus is on Canadian content, we also accept international material. In this issue in particular, we want to welcome and encourage submissions from IBPOC voices that may or may not be from Canada/Turtle Island.

The Goose is the journal of ALECC (Association for Literature, Environment, and Culture in Canada /L’Association pour la littérature, l’environnement et la culture au Canada) and is published biannually at scholars.wlu.ca/thegoose. This open-access journal encourages the production and study of environmental literature and art, ecocriticism, ecotheory, and green cultural studies in Canada.

Book Reviews

Like the other sections of this issue, we will feature reviews written by IBPOC and/or engaging with IBPOC authors/texts.

Some suggestions for texts that are available to review include, but are not limited to:

  • Gosine, Andil. 2020. Nature’s Wild: Love, Sex and Law in the Caribbean. Duke University Press.
  • Joudry, Shalan (Mi'kmaw poet). 2020. Among the Waking Ground. Gaspereau Press.
  • Morrison, Toni. 1992. Playing in the Dark: Whiteness and the Literary Imagination. Harvard University Press.
  • Whitehead, Joshua (Editor). 2020. Love After the End: An Anthology of Two-Spirit and Indigiqueer Speculative Fiction. https://arsenalpulp.com/Books/L/Love-after-the-End
  • Yusoff, Kathryn. 2019 A Billion Black Anthropocenes or None. University of Minnesota Press. Manifold open access version available through Aug 31. https://manifold.umn.edu/projects/a-billion-black-anthropocenes-or-none

Please contact book reviews editor, Anita Girvan if you need help getting one of these books.

Deadline for Submissions

The deadline for consideration for the upcoming issue is November 15, 2020.

How to Submit

Please consult our style guide at https://scholars.wlu.ca/thegoose/styleguide.html before submitting, then make your submission through our online publication system at https://scholars.wlu.ca/thegoose.

With thanks for your consideration. Please circulate widely.
co-editors of The Goose

(T)races effacées

La revue The Goose: A Journal of Arts, Environment, and Culture in Canada accepte dès à présent les soumissions pour son prochain numéro (19.1), intitulé « (T)races effacées », dont la publication est prévue pour avril 2021. Ce numéro spécial, dirigé par Anita Girvan et Rina Garcia Chua, se donne pour objectifs : 1) de décentrer le cadre euro-américain des humanités environnementales et des communautés créatives et artistiques ; et 2) d’offrir un espace de collaboration sûr et durable pour les chercheur.e.s, écrivain.e.s, activistes, artistes et publics issu.e.s des communautés autochtones, noires et de couleur (PANDC2). Ce numéro survient de l’urgence, pour les communautés académiques et créatives, de répondre de façon proactive aux problèmes inhérents au racisme systémique au sein et en dehors de nos institutions. L’attention conférée depuis peu aux questions raciales, portée par les récentes victimes de spectaculaires soulèvements de violence, peut paraître nouvelle pour certain.e.s spectateurs.trices, qui se retrouvent en captivité par temps de pandémie mondiale ; cependant, ces événements s’inscrivent dans une longue tradition de dévaluation systémique de certains corps. Dans cette longue tradition, la dévaluation de l’altérité de certains corps humains par le biais de la racialisation est parallèle à la celle des corps non-humains (notamment dans le cas du capitalisme colonial d’extraction, et par association, dans la production des savoirs et de la culture). Nos propres communautés de création et de recherche sont en partie responsables de cette tradition à travers nos rapports d’inclusion et d’exclusion au cœur de nos communautés, nos politiques et nos pratiques citationnelles, ainsi que nos productions culturelles, qui perpétuent cette tradition et ces pratiques de manière à la fois implicite et explicite.

Au regard de ces pratiques, et dans le but de poursuivre la conversation entamée (avec Andil Gosine et les deux directrices du présent numéro) à la conférence « Watershed, lit., fig., » sur ces « (t)races effacées », ce numéro sera l’occasion de réfléchir aux questions incisives suivantes. Celles-ci ne se veulent aucunement des axes thématiques, mais plutôt des questions liminaires dans le but d’amorcer une réorientation de la création et de l’imaginaire et de stimuler un décloisonnement du champ :

  • Qui/Quels sont les textes/les chercheur.e.s/les artistes qui ont façonné et façonnent notre discipline, au niveau individuel et collectif ?
  • Comment ce canon a-t-il évolué (s’il a un tant soit peu évolué) et pourquoi ?
  • Que nous disent ces textes sur la manière dont nous modelons nos communautés (académiques, créatives, activistes, etc.) et pensons l’avenir ?
  • Comment reconnaître les lacunes de nos canons, de nos imaginaires créatifs et de nos lieux de rencontre ?
  • Que pouvons-nous tou.te.s/chacun.e faire pour remédier à ces écueils, alors que l’enchevêtrement des problématiques environnementales et sociales n’a jamais été aussi visible et le besoin de changement plus pressant ?

Les soumissions critiques et/ou créatives peuvent aborder les problématiques et thématiques suivantes, sans s’y limiter :

  • Perspectives provenant des personnes autochtones, noires et de couleur sur le temps et l’espace qui remettent en question la cohérence des récits de l’« Anthropocène » ou de la pandémie, entre autres ;
  • Pratiques créatives et artistiques de (re)définition des communautés provenant des personnes autochtones, noires et de couleur
  • Critiques des récits dominants sur les origines des études environnementales et le tournant théorique « au-delà de l’humain »
  • Autochtofuturisme(s) ou futurisme(s) autochtone(s)
  • Afrofuturisme(s)
  • (Dé)colonisation
  • Capitalisme racial
  • Empire et environnement
  • Études autochtones
  • Écologies noires/africaines
  • La francophonie dans les Caraïbes et en Afrique
  • Études sur la culture polynésienne
  • Études latino-américaines
  • Études asiatiques
  • Féminisme intersectionnel et environnement
  • Racisme environnemental et/ou racisme
  • Néolibéralisme
  • Pédagogie et salle de classe racialisée dans les humanités environnementales
  • Génétique et pureté du sang dans le/comme discours environnemental
  • Aménagement urbain et racisme environnemental
  • Révisionnisme antiraciste et histoire de l’environnement
  • Recoupements des discours sur la race et les espèces
  • Maladies zoonotiques et culture de la peur
  • Formes littéraires et esthétiques racialisées
  • Environnementalisme, race et poétique de l’effacement

La présente réflexion vise également à établir la notion d’« effacement(s) » dans nos communautés au-delà du numéro 19.1, et servira pour le comité éditorial de point de départ pour ouvrir de nouveaux espaces de dialogue. Ce numéro pourra à l’avenir tenir lieu de modèle pour les directeurs et directrices invité.e.s à collaborer à de futurs numéros, par exemple dans le domaine des études sur le handicap et l’invalidité dans le domaine de l’environnement.

The Goose est à la recherche de contributions académiques ainsi que d’écrits de création, de fiction ou non romanesques, de poèmes, de photographies, de critiques culturelles ou littéraires, d’essais photographiques, d’arts visuels et multimédias, d’entretiens et de comptes-rendus. Notre intérêt premier porte sur le contenu canadien, mais nous acceptons les contributions examinant des productions internationales. Pour ce numéro spécial, nous invitons tout particulièrement les contributions des personnes autochtones, noires et de couleur, du Canada/de l’Île de la Tortue ou d’ailleurs.

The Goose, la revue de l’ALECC (L’Association pour la Littérature, l’Environnement et la Culture au Canada/Association for Literature, Environment, and Culture in Canada), est publiée deux fois par an sur sa plateforme en ligne (https://scholars.wlu.ca/thegoose). Cette revue en libre accès vise à promouvoir la production et l’étude de la littérature et des arts environnementaux, de l’écocritique, des théories et des études culturelles dans le domaine de l’environnement au Canada.

Date limite de soumission

La date limite pour soumettre une contribution pour ce numéro est le 15 novembre 2020.

Comment soumettre

Les contributions devront respecter les normes stylistiques de la revue The Goose (https://scholars.wlu.ca/thegoose/styleguide.html) et être soumises directement sur sa plateforme en ligne (https://scholars.wlu.ca/thegoose).

Merci de diffuser cet appel dans vos réseaux.